La commission européenne a tranché : la France ne pourra plus interdire à une profession réglementée de faire sa promotion (avocat, notaire). La publicité radio et télé ainsi que les campagnes d’affichages et le démarchage directe de la clientèle sont désormais accessibles aux avocats. Une véritable révolution pour la profession.

La publicité pour les avocats a longtemps été réglementée

Dû au caractère sensible des professions juridiques, la publicité a longtemps été très réglementée pour les avocats.  Maintenant que la loi s’assouplit, les différentes instances professionnelles restent unanimes : il n’est pas question de communiquer sur une prestation de service juridique comme l’on communique sur de la lessive.

Le Conseil national des barreaux (CNB) et la commission de déontologie  ont d’ailleurs formulé un certain nombre de recommandations en rappelant les principes de « dignité », de « loyauté », de « discrétion » et de « délicatesse » auxquels sont astreints les auxiliaires de justice. La publicité ne pourra donc être ni  « laudative », ni « comparative ».

Le CNB encourage également la profession à ne pas franchir certaines limites, en proposant par exemple d’interdire le phoning, le porte à porte et les campagnes du type « nous sommes les moins chers ».

Les courriers et les emailings, moins intrusifs, restent autorisés et apparaissent comme une meilleure pratique.

La relation client vu sous un nouvel angle

A mi-chemin entre la relation client et la publicité, l’emailing, aussi appelé newsletter, est une bonne solution pour les cabinets de taille moyenne. Les techniques marketing des grands cabinets n’étant pas accessibles à tous, l’emailing permet de communiquer rapidement et facilement sur l’activité du cabinet d’avocat.

Cette loi pose également la question de la gestion de la  relation client au sein des cabinets d’avocats. Lorsque l’on parle de client, il existe forcément une « relation client ». Si elle est davantage développée pour les avocats d’affaires et les cabinets de conseils aux entreprises, elle existe pour toute entreprise qui doit gérer des clients.

L’acquisition d’une solution de gestion de la relation client (logiciel CRM) devient alors une option pour beaucoup d’avocats puisque la finalité marketing (segmentation et prospection personnalisée par exemple)  d’une solution CRM prend tout son sens. 

Les fonctionnalités d'un CRM

Pour rappel, un logiciel CRM permet de :

  • Centraliser toutes les informations relatives aux clients et prospects sur une base de données sécurisée.
  • Segmenter les contacts en fonction de leurs profils et créer des communications personnalisées.
  • Réaliser des rapports sur l’activité de l’entreprise.
  • Gérer les rendez-vous,  les tâches (appels sortants, entrants, dossier à envoyer etc.) ainsi que tous les échanges clients afin d’avoir accès à un historique client solide en cas de besoin.

Ces fonctions CRM qui correspondent aux besoins des auxiliaires de justice amenés à se pencher sur la gestion courante de leur entreprise ne sont pas les seuls avantages d’un logiciel CRM. Pour plus d’information, vous pouvez télécharger nos documents Sage CRM et vous rendre sur la page les produits Sage CRM .

Service client, Marketing
comments powered by Disqus