L'emailing : méthode efficace pour communiquer

Un récent sondage SNCD indique que près de la moitié des internautes préfère l’email pour suivre l’activité d’une société et ses offres. Nous savons également que le taux moyen d’ouverture des emailings en France est de 24 % avec un taux de clic moyen à 3.5 %. Cela parait peu ? C’est pourtant beaucoup lorsque l’on sait  qu’une publicité ou un post sponsorisé sur Facebook aura un taux de clic moyen inférieur à 0.15 %.

L’emailing reste donc l’une des méthodes les plus efficaces pour communiquer. Avec un coût faible et un retour sur investissement qui se calcule facilement, l’emailing est l’un des moyens de communication les plus appropriés pour les TPE et les PME.

Il n'existe pas de gestion de la relation client sans communication

Si nous vous parlons de communication, c’est parce qu’il n’existe pas de bonne stratégie de gestion de la relation client sans plan de communication. Par ailleurs, une entreprise perd en moyenne 20 % de ses clients chaque année, principalement à cause d’un déficit relationnel. Il devient donc urgent de communiquer efficacement avec vos clients et vos prospects.

Et contrairement aux idées reçues, une bonne stratégie de communication ce n’est pas seulement des publicités à plusieurs millions d’euros à la télévision à la radio ou dans la presse nationale. Des campagnes emailing ciblées, pertinentes et régulières peuvent avoir un retour sur investissement surprenant.

Quelques erreurs à éviter

Vous débutez avec l'emailing ? Voici les 5 erreurs à éviter absolument

Utiliser son client de messagerie ou son web mail habituel

Si vous débutez en email marketing et que votre liste de contact est sommaire, la tentation de passer par son client de messagerie (Outlook, Thunderbird…) ou son webmail (gmail, yahoo, hotmail….) habituel est grande. Mais ce qui apparait comme une bonne, idée ne l’est pas tant que ça car :

L’analyse des  différents indicateurs sera plus difficile

L’analyse des taux de clic et d’ouverture nécessitera de passer par des trackers d’ouvertures et de clics indépendants. Au-delà d’un certain nombre d’emails, non seulement il faudra payer, mais en plus vos résultats seront éparpillés ce qui rendra le calcul du ROI (retour sur investissement) plus difficile.

Le risque de passer en spam et d’être mis sur liste noire est accru

Les logiciels d’emailing professionnels ont des accords avec les différents fournisseurs d’accès internet (FAI) afin que les envois en masse qui passent par leurs routeurs ne soient pas considérés comme du spam.

Ce n’est pas le cas de votre  adresse Gmail, Outlook ou  Yahoo. Si vous souhaitez toutefois tenter de faire de l’email-marketing avec votre adresse personnelle, sachez que votre action  peut être interprétée comme un abus de la part des différents fournisseurs de messagerie et peut entrainer la suppression de votre adresse email, voir la perte de votre nom de domaine.

Gommer les particularités de l’entreprise

Vos emailings doivent refléter l’image de votre entreprise. Votre site internet est teinté d’humour ? Vos emailings doivent l’être également. A l’inverse, si votre positionnement est sérieux, des emailings décalés pourraient ne pas plaire à votre cible. En tant qu’élément du marketing mix, les emailings doivent être en accord avec le reste de votre stratégie marketing.

Envoyer des emailings trop longs

L’emailing  est un support de transition qui renvoie le lecteur vers un site tiers (votre site web, votre chaine YouTube, un site partenaire) qui développera plus amplement le sujet abordé dans votre emailing. Pour inciter les lecteurs à visiter votre site tiers, votre emailing doit rester succinct et contenir des appels à l’action (bouton « poursuivre la lecture » « acheter » etc.).

Acheter ou louer des listes de prospects

Acheter ou louer des listes de prospects est légal s’il s’agit d’adresses professionnelles ou appartenant à des personnes ayant donné leur accord de façon explicite.

Néanmoins, vous devez savoir que les résultats obtenus à partir de listes achetées sont généralement moins bons car les internautes ouvrent moins facilement les emails provenant de personnes ou d’entreprises qu’ils ne connaissent pas.

Si l’achat vous tente toujours, n’oubliez pas de préciser en bas de l’emailing la façon  dont vous avez obtenu l’adresse. Exemple : « vous recevez cet email car vous avez consenti à l’utilisation de votre adresse email par des tiers lors de votre inscription à … ».

Et si vous ne connaissez pas l’origine de la liste, mieux vaut ne pas l’acheter car si vous ne  savez pas d’où vient cette liste, comment pouvez-vous être certain de sa légalité et de sa qualité?

Cacher le bouton de désabonnement

Pour des raisons qui leur appartiennent, vos clients et prospects peuvent décider de ne plus recevoir de communications de votre part. C’est frustrant, mais cela fait partie du jeu et vous n’avez pas le droit de le retenir.

Si vous essayez de cacher le bouton de désabonnement (en le rendant invisible par exemple), ils vous marqueront en spam, ce qui affectera vos résultats, et pourra, à termes, alerter votre FAI ou le logiciel emailing que vous utilisez, avec les conséquences que nous connaissons maintenant (liste noire, perte du nom de domaine).

La variante qui consiste à réintégrer dans vos listes des contacts qui se sont désabonnés il y a quelques semaines ou quelques mois est tout aussi inefficace.

comments powered by Disqus